Site officiel de la Ville d'Amboise

www.ville-amboise.fr > Découvrir Amboise > Patrimoine et histoire

Les monuments à visiterPartager...impdef+-

Musée de l'Hôtel de Ville -

Musée - Hôtel Morin (ancien Hôtel de Ville)

Le Musée Hôtel Morin est ouvert du 15 juin aux Journées du Patrimoine (mi-septembre), tous les jours sauf le mardi de 10h à 12h30 et de 14h à 18h. Ouvert les 14 juillet et 15 août.
Entrée gratuite.

Visite possible pour les groupes à partir de 5 personnes sur réservation.
Outils pédagogiques disponibles sur demande.

 

Ce que nous connaissons aujourd’hui de l’histoire de l'Hôtel Morin nous a été transmis depuis environ un siècle par quelques textes compilant un certain nombre de données. Une sérieuse étude monographique sur l’architecture et l’histoire du monument n’a cependant jamais été réalisée.
C’est entre 1501 et 1505 que Pierre Morin, financier du roi Louis XII (1498/1515) fait construire ce bâtiment dans le plus pur style de la Première Renaissance française. Son architecture allie ainsi la tradition gothique française (toits pentus, escalier en vis en oeuvre, décoration sculptées représentant des figures secondaires, etc.) et la Renaissance italienne récemment introduite (frises décoratives, alignement vertical et horizontal des fenêtres, etc.).
Comme le château, le bâtiment est construit en pierres de taille, ce qui est très moderne pour l’époque et montre la richesse du propriétaire. En effet, au début du XVIe siècle, les autres maisons d’Amboise sont construites en briques et colombages. Seules quelques maisons ont un rez-de-chaussée en pierre. Il semblerait que Jacques Coqueau et Pierre Nepveu, deux architectes qui ont travaillé à Chambord et à Chenonceau, aient réalisé les plans de l’hôtel Morin.

Par la suite, de nombreux propriétaires se sont succédé du XVIe au XVIIIe siècle.
L’un d’entre eux est le très célèbre duc de Choiseul (1719/1785). Ministre de la Guerre, de la marine et des Affaires Etrangères du roi Louis XV (1715/1774), il est aussi Gouverneur de Touraine, Seigneur d’Amboise et de Chanteloup. Il décide donc d’acheter l’Hôtel Morin pour en faire son Palais ducal et y installe le siège de sa justice seigneuriale, la chambre des comptes et la prison.
En 1786, après la mort du duc, le duché passe aux mains du duc de Penthièvre (1725/1793), petit-fils naturel légitimé de Louis XIV (1643/1715), puis de sa fille la duchesse d’Orléans.
Lors de la Révolution française, le Palais ducal est confisqué par la Convention et donné à l’Hospice général de Tours. Celui-ci loue alors le bâtiment à la municipalité d’Amboise qui en devient finalement propriétaire en 1826. La prison, la justice de paix et le grenier à sel y sont alors installés.
Entre 1848 et 1852, l’hôtel sert de caserne à la garnison chargée de surveiller l’Emir Abd El-Kader (1808/1883), fait prisonnier en 1847 à la suite de sa reddition en Algérie lors de la colonisation du pays par les Français. L’Emir, sa famille et sa suite restent alors en résidence surveillée au château d’Amboise.
En 1880, alors qu’elle abrite toujours les services municipaux, la demeure est classée Monument Historique. Et en 1890, constatant que son état nécessite une importante restauration, des travaux sont réalisés.

Jusque dans les années 1970, l’Hôtel Morin abrite les services administratifs de la mairie.

En ce qui concerne la naissance du Musée, il faut savoir en fait que la salle qui est aujourd’hui la « Salle des mariages » a abrité depuis le XIXe siècle un certain nombre d’oeuvres d’art. Ce n’est que petit à petit que les oeuvres ont gagné toutes les pièces du bâtiment. Lorsque dans les années 1970 les services administratifs ont délaissé l’hôtel pour la nouvelle mairie, le Musée de l’Hôtel Morin a pu voir le jour. Trois salles sont restées régulièrement utilisées par la municipalité : la salle des mariages, la salle du Conseil municipal et la salle de réunion Emilienne Gouverné.

Musée de l'Hôtel Morin

Rue François 1er - 37400 Amboise
Tél. : 02 47 23 47 42
a.champion-guenand@ville-amboise.fr

Diaporama :

  • Musée de l'Hôtel de VilleMusée de l'Hôtel de Ville
  • Tableau Tableau "La Loire à Amboise", 1847
  • Tableau Tableau "La mort de Léonard de Vinci", 1781
  • Tableau Tableau "Portrait du Duc de Choiseul", XVIIIe siècle
  • Les pistolets de PouchkineLes pistolets de Pouchkine

Téléchargement(s)...


Château Royal -

Le Château Royal d'Amboise

Edifié aux XVe et XVIe siècles par Charles VIII, Louis XII et François Ier, le château d’Amboise est la première résidence royale de la Renaissance française. Il abrite la tombe de Léonard de Vinci dans sa chapelle. Au XIXe siècle, l’Emir Abd-el-Kader y est emprisonné 4 ans, de 1848 à1852. Le château est ouvert aux visiteurs toute l’année.

Une carte de « Visiteur privilégié du château d'Amboise » est désormais proposée aux touristes ou aux habitants qui souhaitent revenir dans l'année au château royal.
Ces « visiteurs privilégiés » peuvent en outre profiter de nombreuses animations à des conditions avantageuses.

 

Château Royal d'Amboise

Montée Abd El Kader
37400 Amboise
Tél. : 02 47 57 00 98 - Fax : 02 47 57 52 23
contact@chateau-amboise.com

Clos Lucé -

Le Château du Clos Lucé - Parc Leonardo da Vinci

Entrez dans l'univers de Léonard de Vinci au château du Clos Lucé. Poursuivez dans le parc : le jardi de Léonard, 16 machines géantes, 8 bornes sonores et 32 toiles translucides content les arts du génie. Il est ouvert toute l’année.

Le Château du Clos Lucé - Parc Leonardo da Vinci

2 rue du Clos Lucé - 37400 Amboise
Tél. : 02 47 57 00 73 - Fax : 02 47 57 62 88
closluce.com@vinci-closluce.com

Pagode de Chanteloup -

La Pagode de Chanteloup

A mi-chemin entre Chambord et Chinon, à deux pas de la cité d'Amboise, laissez-vous envoûter par le site de la Pagode de Chanteloup et venez évoquer dans le Musée du ravissant "Pavillon du Concierge" la splendeur du palais disparu, le célèbre château du duc de Choiseul détruit en 1823 par la Bande Noire. La Pagode, chinoiserie de pur style Louis XVI, construite en 1775, offre du haut de ses 44 m, un panorama grandiose sur la Vallée de la Loire et la Forêt d'Amboise. Sous l'ombrage d'arbres séculaires, venez goûter les charmes d'un pique-nique champêtre et découvrir les joies des jeux de plein air "à l'ancienne" ou une promenade romantique sur la pièce d'eau de 3 hectares.

La Pagode de Chanteloup

BP 317 - D31 - 37400 Amboise
Tél. : 02 47 57 20 97 - Fax : 02 47 57 65 97
info@pagode-chanteloup.com

Château Gaillard -

Le château Gaillard

En 2014 le château Gaillard à ouvert ses portes pour la première fois au public. Cette demeure privée, achetée il y a un peu plus de deux ans, est en cours de rénovation : « Château Gaillard fait partie du patrimoine d'Amboise et présente un intérêt historique puisqu'il a été propriété royale (il a appartenu à Charles VIII et Louis XII), un intérêt architectural (il est l'un des premiers châteaux de la Renaissance en France) et un intérêt sentimental puisque c'est là que furent introduits en France les premiers orangers et cultivés les premiers pêchers ! »

Renseignements : Château Gaillard - 29 allée du Pont Moulin - 37400 Amboise.

Beffroi -

Le Beffroi ou Tour de l’Horloge

Dans la rue Nationale, la rue commerçante, vous pouvez apercevoir le Beffroi. Au XVe siècle, c’est la porte principale de la ville située au bord de la rivière, l’Amasse (voir page ci-contre). Jusqu’au XVIIIe siècle, un moulin y est installé. « Le moulin de l’aumône » appartenait à l’Hôtel Dieu. 
C’est sous Charles VII, en 1445, que cette porte est tranformée en beffroi. Puis, grâce à une soucription publique, une horloge est installée en 1500.

Le Beffroi ou Tour de l’Horloge

Rue Nationale - 37400 Amboise
Contact : Agathe Champion-Guénand
Tél. : 02 47 23 47 42
a.champion-guenand@ville-amboise.fr

Eglise Saint-Florentin -

L’église Saint Florentin (lieu culturel et cultuel)

Vers 1470, le roi de France Louis XI vit à Amboise. Très pieux, il se rend régulièrement aux offices de la collégiale du château, ouverte aussi aux Amboisiens. Craignant d’être contaminé par les épidémies, il ordonne la construction d’une nouvelle église dans la ville. L’église est intégrée aux fortifications à proximité de la Loire. Le sable arrive au pied du bâtiment d’où son nom initial, « Notre-Dame-en-Grève » qui rappelle les bords du fleuve. Au XIXe siècle, la collégiale du château est détruite et Notre-Dame-en-Grève prend son nom actuel : « Saint-Florentin ». L’intérieur adopte un style néogothique. Classée monument historique en 1962, elle est pour le moment fermée à la visite.

 

Église Saint-Florentin (lieu culturel et cultuel)

Rue François 1er - 37400 Amboise
Contact : Agathe Champion-Guénand
Tél. : 02 47 23 47 42
a.champion-guenand@ville-amboise.fr

 

Diaporama :

  • Eglise Saint-FlorentinEglise Saint-Florentin
  • Eglise Saint-FlorentinEglise Saint-Florentin
  • Saint FlorentinSaint Florentin

Eglise Notre-Dame-du-Bout-des-Ponts -

L'église Notre-Dame-du-Bout-des-Ponts

Egalement appelée Notre-Dame-de- Grâce-du-Bout-des-Ponts, cette église a été construite en 1521 pour les besoins du faubourg. Elle  fait 33 m de long sur 10 m de large et possède une tour quadrangulaire au sud-ouest. Exposée aux inondations, elle a subi de nombreux dommages au cours des siècles (comme lors de la crue de 1856 marquée à gauche de l’entrée). La crue de 1866 a incité finalement la ville a rehausser le niveau de l’édifice. Ces travaux ont été réalisés à partir de 1875, lui donnant cet aspect compacté. Ce chantier a été effectué en même temps que les grands travaux de protection des inondations de la cité. L’église est inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1948.

Église Notre-Dame du Bout-des-Ponts

Route de Blois - 37400 Amboise
Contact : Agathe Champion-Guénand
Tél. : 02 47 23 47 42
a.champion-guenand@ville-amboise.fr


 

Eglise Saint-Denis -

L’église Saint-Denis

A l’origine lieu de culte païen peut-être dédié à Dionysos, puis basilique  fondée par St-Martin au IVe siècle,  l’église actuelle, de style roman, a été construite sur ordre de Hugues Ier à partir du XIIe siècle. Le collatéral sud a été doublé au XVIe siècle et le clocher effondré a été reconstruit au XVIIIe siècle. Sur le collatéral nord, à droite de l’entrée, se situe une plaque funéraire relative à un maçon mort en 1571 et évoquant l’ancien cimetière de Saint-Denis-Hors. L’entrée du XIXe siècle, avec voussures ornées de feuillages, est surmontée  d’une tête d’ange et d’une statue de Saint Denis, Outre des sculptures et des peintures, l ‘intérieur possède des chapiteaux sculptés. L’un d’entre eux évoque le Roman de Renart, compilation d’écrits du XIIe siècle.

Église Saint-Denis

Rue Saint-Denis - 37400 Amboise
Contact : Agathe Champion-Guénand
Tél. : 02 47 23 47 42
a.champion-guenand@ville-amboise.fr

Diaporama :

  • Eglise Saint-DenisEglise Saint-Denis
  • Eglise Saint-DenisEglise Saint-Denis

Chapelle Saint-Jean -

La chapelle Saint-Jean

Construite à la fin du XIe siècle dans le style Plantagenêt (transition entre le roman et le gothique), la chapelle mesure 18 m de long et 7 m de large. Côté nord, une porte était présente, tandis qu’au sud, on aperçoit les traces d’un ancien logis appuyé sur la paroi. La façade présente une porte à plein cintre entourée d’un tore, une fenêtre romane et une petite ouverture carrée au sommet. Les vitraux ont été réalisés au début des années 1970. La chapelle a appartenu à l’ordre des Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, ordre hospitalier et militaire fondé au moment des croisades, en 1099, dans le but de secourir et protéger les pèlerins. La chapelle Saint-Jean est également sujette aux crues de la Loire (comme l’ensemble de l’île). En 1588, pour cette raison, les habitants ont voulu dévier le cours du fleuve, en hérissant des pieux afin de protéger la chapelle. Située sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, l’édifice est classé Monument Historique depuis  1938. Ouverte occasionnellement, la chapelle demeure  un lieu de culte et accueille des manifestations culturelles.

Chapelle Saint-Jean

Allée de la Chapelle Saint-Jean - Île d'Or - 37400 Amboise
Contact : Agathe Champion-Guénand
Tél. : 02 47 23 47 42
a.champion-guenand@ville-amboise.fr



L'Hôtel Joyeuse -

L’Hôtel Joyeuse

Il a été construit par Fra Giovanni Giocondo durant son séjour en France (1495-1506). Le nom de l’hôtel provient de la francisation du nom de  « l’architecteur » italien Giocondo. Les jardins Renaissance pourraient être l’œuvre de Pacello da Mercogliano (jardinier du roi). Sous les regards des griffons s’étale une corniche constituée de deux bandeaux, à coquilles et à fleurons. Un arbre sculpté au sommet d’une fenêtre pourrait être un oranger. Importé sous Charles VIII à Amboise, la tradition veut que l’oranger ait été pour la première fois planté en France non loin de là, à Château-Gaillard. En souvenir de ce fait, le fief était chaque année redevable au roi d’un bouquet d’oranges.


Parc des minis châteaux -

Le parc des Mini-Châteaux / Parc de loisirs

Dans un théâtre de verdure, au cœur d’un parc paysager de 2 hectares, se nichent pas moins de 45 miniatures des plus beaux châteaux du Val de Loire… Ces reproductions fidèles au 1/30ème intégrées dans un environnement de nature extraordinaire, 2000 bonsaïs, 10 000 figurines, autant de détails pour s’émerveiller.

 

Le parc des Mini-Châteaux / Parc de loisirs

La Menaudière - D81- 37400 Amboise
Tél. : 02 47 23 44 57
Fax : 02 47 23 44 45

 

Fontaine de Max Ernst -

La fontaine "Aux cracheurs, aux drôles au génie" de Max Ernst

La fontaine d’Amboise une œuvre monumentale

  • Dès 1960, la Ville d’Amboise a le souhait d’installer une fontaine dans la commune. Toutefois, le Ministère de la Culture ne dispose d’aucun monument susceptible d’être mis en dépôt à Amboise.
  • En 1966, Michel Debré, alors Maire de la ville, demande à Max Ernst s’il accepterait de réaliser une fontaine à Amboise. Max Ernst en accepte le principe mais souhaite que sa fontaine soit entourée d’un jardin fleuri très simple, piquant la curiosité des enfants et non un monument solennel et imposant. Le ministère de la Culture lui passe commande en 1967 d’un ensemble de 10 sculptures et leurs socles en pierre. Ce sera la fontaine Aux cracheurs, aux drôles, au génie.
  • Inauguré le 23 novembre 1968, ce monument spectaculaire et singulier est un double hommage à Léonard de Vinci et à la Touraine. Il illustre parfaitement l’attachement de l’artiste surréaliste au Val de Loire où il a résidé près de dix années de 1954 à 1963. Il s’agit d’une des rares oeuvres réalisées par Max Ernst pour l’espace public.
    Cette fontaine fait partie de la collection du Centre national des arts plastiques (CNAP) – Ministère de la culture et de la communication. Elle a été mise en dépôt à Amboise en 1968. Elle est inscrite à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques dans sa totalité depuis le 9 juillet 1987, suite à des vols d’éléments sculptés survenus en 1985.
  • En juillet 1993, la fontaine est restaurée une première fois avec remplacement de certains bronzes volés par des sculptures en résine (Deux assistants et Tortues de la margelle), puis elle est de nouveau inaugurée par Jacques Toubon, alors Ministre de la culture. Peu après, la fontaine connaît de nouveaux vols de tortues.
  • A partir de 2004, le monument n’est plus maintenu en eau à cause de l’altération de certains éléments et de la déficience du système hydraulique.
  • En septembre 2008, la Ville saisit donc l’état pour solliciter la restauration de cette oeuvre majeure pour l’histoire de l’art, pour l’histoire récente d’Amboise et pour l’espace urbain de la ville. Le projet de restauration consiste à recréer un nouveau système d’alimentation et à reprendre les pierres de taille et l’étanchéité du bassin. Il est projeté de restaurer également les sculptures en pierre et la statuaire en bronze.

" Aux cracheurs, aux drôles, au génie " une fontaine poétique et ludique

  • Au sein même de ce monument, Max Ernstrésume son oeuvre plastique et présente un exemple du singulier bestiaire qui aura alimenté son imaginaire tout au long de sa vie.
  • De forme ronde, la fontaine d’Amboise est dominée par le Grand génie qui déploie ses ailes, comme la figure de l’oiseau du Génie de la Bastille réalisé préalablement par Max Ernst. Ici, la sculpture a une taille quatre fois plus grande. Selon l’historienne d’art Doris Krystof, Max Ernst transpose dans son Grand génie l’homme de Vitruve inscrit dans un cercle par Léonard de Vinci vers 1492. Cette créature, qui représente l’esprit de la liberté pour Max Ernst et qui regarde vers le château du Clos Lucé, trône sur trois socles en pierre blanche de forme ovoïde, réalisés d’après un modèle en plâtre de petite taille. Ces formes ovoïdes sont le symbole de la naissance d’un monde nouveau, fait d’images, d’observation et d’invention comme les affectionne Max Ernst.
  • L’artiste a à coeur d’utiliser dans son oeuvre les animaux que sont la tortue et la grenouille car ceux-ci naissent dans un œuf. La forme ovoïde des sculptures en pierre n’est pas étrangère à ce rappel fait par Léonard de Vinci dans ses notes. Sur la bordure du bassin, six petites tortues crachent de l’eau. L’historien d’art Günter Metken a vu dans cette construction une parodie du bassin de Latone du parc du château de Versailles. Pour ces petites tortues, Max Ernst a de nouveau repris une sculpture déjà existante, sa Tortue de 1944. Ces tortues sont posées sur des socles ronds tronqués qui peuvent être interprétés comme des globes oculaires qui évoquent la place de la vision chez Max Ernst, grande source d’inspiration. L’oeuvre invite le visiteur à la contemplation et la découverte du monde.
  • La Grande tortue, placée au centre du bassin, reprend elle aussi la Tortue de 1944 mais sa taille a été multipliée par quatre. Cet animal symbolise l’immortalité. Une sorte de porte encadre d’une part la sculpture de la Grande Tortue et soutient d’autre part la stèle ovoïde du Grand génie.
  • Sur deux colonnes plus petites, est installé un couple de jumeaux appelés les Deux assistants, ainsi que la figure individuelle, trois fois agrandie, de la Grande grenouille. Il est étonnant de constater que pour réaliser les visages ahuris et grotesques de ses Deux assistants, Max Ernst reprend la partie centrale du corps du Génie de la Bastille et lui ajoute deux demi sphères pour les yeux. Ceux-ci semblent jeter un regard à la fois vague, railleur et étonné sur le monde.

Le Crinkly d'Alexandre Calder -

Le Crinkly

L'œuvre d'Alexander Calder "Crinkly" aest situé au cœur de la cité scolaire d'Amboise, au croisement des rues du 8 mai 1945 et du Clos des Gardes.
Cette œuvre de 3 m 30 de haut a été installée pour la première fois à Amboise en 1970. Son emplacement dans la cité scolaire avait d'ailleurs été choisi par Alexander Calder lui-même. L'œuvre est fabriquée en aluminium et en acier peint : quatre plaques d'acier découpées, pliées, soudées et assemblées par boulonnage constituent le stabile mobile final nommé Crinkly ou en français plissé, gaufré, froissé...


" Flânerie à Amboise "

Découvrez les parcours "Flânerie à Amboise".

Parcours A : Amboise, l'eau, les hommes, la ville - durée : 1h.

Parcours B : Façades et ruelles au coeur de la cité - durée : 1h15.

Parcours C : Reflets du patrimoine ligérien - durée : 1h30.

Téléchargement(s)...


Ville d'Amboise - Les Villes d'Art et d'Histoire - Val de Loire, patrimoine mondial
Ville d'Amboise Villes d'Art et d'histoire Val de Loire, patrimoine mondial